Pause
Lecture
Moteur de recherche d'offres d'emploi CSTB

THESE INGENIEUR-E RECHERCHE EXPERTISE F/H


Détail de l'offre

Informations générales

Entité de rattachement

Rejoindre le CSTB, c'est rejoindre une communauté composée de 971 collaborateurs experts au service de ses clients, de ses partenaires et de l'intérêt général avec pour ambition d'anticiper les bâtiments et la ville de demain, pour améliorer la qualité de vie des usagers. Nos activités clés sont axées autour de la recherche, de l'expertise, de l'évaluation, de la certification, des essais et de la diffusion de connaissances. Depuis 1947, nous accompagnons les acteurs dans l'innovation et la progression de la qualité et de la performance des produits, ouvrages, systèmes et services.

Rejoindre le CSTB, c'est également rejoindre un employeur engagé, signataire de la Charte de la diversité, qui valorise le travail de chacun et qui s'engage en faveur de l'égalité professionnelle et de l'intégration des travailleurs handicapés. Grâce à ces actions, nous sommes classés parmi les 500 meilleurs employeurs de France d'après la revue économique Capital.

Alors, prêt(e) à rejoindre l'aventure CSTB ?  

Référence

2022-1798  

Description du poste

Métiers et Emplois

SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE - INGENIEUR-E RECHERCHE EXPERTISE

Intitulé du poste

THESE INGENIEUR-E RECHERCHE EXPERTISE F/H

Durée du contrat

3 ans

Contrat

Thèse

Fourchette de salaire

Autres

Descriptif des principales missions

Sujet du doctorat : 
Construction d’échelles de confort multicritères spécifiques aux usages et espaces de travail à partir d’indicateurs physiologiques sous contraintes performancielles

 

Les indicateurs de la qualité environnemental (IQE) permettant de qualifier les espaces de vie et combinant plusieurs facteurs physiques sont actuellement développés sur la base d’enquêtes subjectives. Ces enquêtes subjectives sont ensuite liées empiriquement aux grandeurs physiques caractéristiques de la qualité environnementale. Les domaines physiques concernés sont : la thermique ; l’acoustique ; la vision et la qualité de l’air (QAI, odeur). 
Les espaces de travail sont concernés par cette exposition multifactorielle qui rend délicate la notion de confort global. Télétravail et flex-office constituent des pratiques nouvelles pour répondre à la recherche d’un cadre de travail plus souple, respectueux de l’équilibre vie professionnelle et privée, et adapté aux moyens et outils disponibles à notre époque. En 2018, une étude du cabinet Fabernovel institute rappelait que 65% des français s’intéressaient au télétravail, 25% le pratiquaient régulièrement, et 66% des entreprises avaient déjà pratiqué le flex-office. La crise sanitaire que nous connaissons actuellement a contribué au déploiement massif de ces nouvelles solutions dans tous les secteurs d’activité. De l’« open space » à l’« home office » en passant par les transports, les espaces de travail des collaborateurs nomades se multiplient et nous obligent à reconsidérer leur impact sur les notions de confort et performance au travail. 

En appui des ingénieurs de recherche en sciences physiques et neurosensorielles des laboratoires du consortium, vos missions comprendront : 

  • La mise en œuvre d’un système d’exposition multimodale (réalités virtuelle et augmentée multimodale, simulateurs physiques d’environnement) permettant de reproduire les situations rencontrées par les salariés dans leurs différents espaces de travail 
  • L’analyse de mesures physiologiques permettant d’évaluer l’effet de l’espace de travail sur la performance des tâches cognitives et l’élaboration d’échelles de confort multicritères spécifiques aux usages et espaces de travail à partir de ces indicateurs physiologiques  
  • L’analyse des performances des usagers afin de définir des seuils de confort permettant d’optimiser les différents espaces de travail des nouveaux collaborateurs nomades.
  • L’identification des relations d’ordre entre les différentes dimensions physiques en fonction du contexte sur le cas d’étude des espaces de travail 

Ces échelles d’évaluation du confort global devraient permettre de contribuer à la définition des nouveaux indicateurs IQE combinant les différents facteurs physiques adaptés aux usages et aux espaces.  

Profil (formations, compétences, expériences…)

Expertise scientifique et technique : 

Cursus ingénieur ou Master 2, vous démontrez un intérêt pour le domaine de la recherche. De formation Bac+5 avec des compétences en neurosciences, analyse sensorielle, mesures physiologiques et cognitives et en informatique. 

La/Le candidat.e retenu.e devra faire preuve d’une grande autonomie et d’un intérêt pour la recherche, l’expérimentation, la pédagogie et les outils numériques mis en œuvre dans ce projet. 

Une appétence pour le développement de protocoles expérimentaux, avec la mise en œuvre de mesures physiques de l’environnement et le développement d’environnements AR/VR. 

 

Aptitudes et qualités attendues : 
Autonomie, rigueur et capacités en gestion de projet. 
Maîtrise de l’anglais scientifique (écrit et oral). 
Aptitude à valoriser les résultats, qualités rédactionnelles et aisance dans la communication orale. 

 

Localisation : 

Poste basé à Nantes. Laboratoire de rattachement : Laboratoire des Sciences du Numérique (LS2N, équipe IPI) / Nantes Université. 

La personne recrutée sera amenée à partager son temps au sein des différents laboratoires partenaires, principalement le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB, Nantes), et la Halle 6 (Nantes Université), dont les dispositifs expérimentaux du userlab (casques de réalité mixte, mesures physiologiques, eye-tracking) seront mis à disposition du doctorant. Des déplacements occasionnels au niveau national sont aussi à prévoir. 

Localisation du poste

Lieu de travail

Nantes (44)

Géolocalisation par zone

Non

Critères candidat

Niveau d'études min. requis

Bac +5

Niveau d'expérience min. requis

Inférieure ou égale à 2 ans

Niveau d'anglais

C1 - Avancé